Les évangéliques

Que signifie le mot "évangélique" ?


Posté le : Jan 27, 2006
Extrait du livre "La vérité évangélique, un défi pour l’unité" John Stott

Qui sont les évangéliques ? Que signifie le mot "évangélique" ? L’histoire du terme évangélique" remonte au XVe siècle avec John Wycliffe. Quelquefois qualifié d’"étoile du matin de la Réforme", il a été aussi appelé "doctor evangelicus".

Au XVIe siècle, le terme "évangélique" désignait les Réformateurs ou "hommes évangéliques", une expression que Luther adopta sous la forme "die Evangelisehen". Au début du XVIIIe siècle, en liaison avec le "Réveil évangélique" associé à John Wesley et George Whitefield, le terme se généralise davantage. Mais ce n’est que dans l’histoire ecclésiastique récente que les mots "évangélique" et "évangélisme" deviennent courants.

Le visage des évangéliques a subi une évolution considérable au fil du temps. On peut aujourd’hui tenter de les classer en six tendances principales :

  •   Les fondamentalistes, perçus par certains comme des séparatistes.

  •   Les anciens évangéliques, qui insistent sur la conversion personnelle et l’évangélisation des masses.

  •   Les néo-évangéliques, dont fait partie Billy Graham, qui mettent l’accent sur la responsabilité sociale et l’apologétique.

  •   Les évangéliques favorables à la justice et à la paix, parfois considérés comme des activistes socio-politiques.

  •   Les évangéliques de la frange charismatique, qui mettent l’accent sur le baptême du Saint-Esprit, le don du parler en langues, les fruits de l’Esprit et la louange.

  •   Les évangéliques œcuméniques, qui privilégient l’unité et la collaboration.

Si toutes ces tendances peuvent sembler hétéroclites, elles ont en commun des convictions et des pratiques évangéliques bien réelles. Six articles de foi évangéliques constituent le fondement de ces tendances :

  • La suprématie de l’Écriture Sainte

  • La souveraineté de Jésus-Christ

  • La seigneurie du Saint-Esprit

  • La nécessité de la conversion

  • La priorité de l’évangélisation

  • Et enfin, l’importance de la communion fraternelle.

Print